L’éditeur de Pegasus avait admis que certains clients ne « protègent pas les droits de l’Homme »

Le contexte de l’article: technologie – Numerama

L’éditeur de Pegasus avait admis que certains clients ne « protègent pas les droits de l’Homme »

Depuis toujours, NSO Group se dédouane des utilisations abusives de son logiciel d’espionnage Pegasus. L’entreprise prétend qu’elle fait de son mieux en contrôlant en amont à qui elle donne son outil, mais qu’elle ne peut pas surveiller l’utilisation « hautem…

François Manens

Vous pourriez lire l’article complet ici.

Une question, une remarque ? N’hésitez pas ! Contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *