«Silverview» de John Le Carré : d’or et d’agent

Le contexte de l’article: politique – Libération

«Silverview» de John Le Carré : d’or et d’agent

Dans ce vingt-sixième roman posthume paru en anglais, le maître de l’espionnage dresse un portrait politique acide des services secrets britanniques, dont il a lui-même été agent.

Sonia Delesalle-Stolper

Vous pourriez lire l’article complet ici.

Une question, une remarque ? N’hésitez pas ! Contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *