« Sous les fables de fin du monde se trouve le soupçon que l’espèce humaine travaille à sa perte »

Le contexte de l’article: Coronavirus – COVID-19 – Le Monde

« Sous les fables de fin du monde se trouve le soupçon que l’espèce humaine travaille à sa perte »

La multiplication des histoires de désastres est contemporaine de l’accroissement de la puissance des hommes, explique, dans sa chronique, Phillippe Dagen, journaliste au « Monde ».

Philippe Dagen

Vous pourriez lire l’article complet ici.

Une question, une remarque ? N’hésitez pas ! Contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *